L'AIKIDO est une discipline qui peut être vue sous différents éclairages selon ce que peuvent rechercher les pratiquants à un instant donné : 1) Une Méthode réaliste de défense anti agressions à l'opposé des techniques "magiques » de "self défense" qui ne font que tromper les personnes sur leurs réelles capacités, en les mettant objectivement en danger. 2) Des Techniques de maîtrise des énergies  où, notamment, les notions de respiration, de centre, de posture, de distances et de placement, optimisent les capacités énergétiques des individus 3) Une Discipline de santé et d’entretien physique accessible à tous où, notamment, le principe central de non résistance rend durable et optimise les acquis de la pratique tout au long de la vie. 4) Un art de vivre au quotidien, où ce même principe de non résistance conforté par un positionnement adapté et une posture traduisant une plénitude énergétique, améliorent les relations et l’ouverture aux autres, rejoignant ainsi la finalité décrite par o sensei morihei UESHIBA : un art de guerre qui conduit à la Paix.5) Une philosophie emplie d’une pratique qui permet de découvrir des cultures ancestrales pleines d’enseignements.

 

COURS D'ESSAIS GRATUITS TOUTE L'ANNEE - Inscrivez-vous ici 

Inscription toute l'année à tarif ajusté selon les mois restant.

voir rubrique "conditions d'adhésion"

 

ACTUALITÉS

+

cercle rotation

Extrait du traité didactique d'aïkido traditionnel d'Alain Peyrache)

Aïkido Bressan do de Aïkido dojo Bourg en Bresse 01

 

Ten roue cercle
Kan rotation pivot

 

 

 

 

 

 

L' analyse de l'idéogramme montre comme pour kokyu 2 aspects : "le caractère Ten qui veut dire la roue ou l'idée de cercle". Comme nous l'avons défini, le cercle représente le yang céleste, l'aspect qualitatif.

 

L'aspect yin concret est traduit parle terme Kan :échanger des coups c'est le niveau le plus manifesté, le plus concret ; on peut en mesurer la force, le sens, la direction, l'intensité, les caractéristiques relèvent des notions de notre physique. En général, un coup est donné selon une ligne ou un plan droit (nous retrouvons notre carré El), ce qui est mesurable et quantifiable, un aspect yin et un aspect yang sont donc représentés. Ce sont les habituels contraires complémentaires de la philosophie extrême orientale, Omoté Ura pour les Aikidokas.

 

Pour nous, aïkidokas, le terme tenkan traduit une idée de rotation ou de pivot où tori entraîne son Aité dans un mouvement circulaire.

 

En fait ce n'est qu'un aspect primaire de tenkan et souvent une source d'erreurs car notre pratiquant focalisé sur la notion de tourner, oublie d'autres bases telles que le maai, être centré, la notion de vide, prendre le centre etc ... en fait, là réside la difficulté de l'expliquer dans un livre, tout est imbriqué, la pensée orientale étant synthétique et non pas analytique. Tenkan fait partie d'un tout et n'est que la corrolaire ou la projection de la connaissance plus ou moins grande de ce tout.

 

Disséquer, donc faire abstraction des autres bases aboutit à ce que l'on voit sur les tatamis : tori s'affaiblit en cours de' mouvement et, au lieu d'être le centre du mouvement, il est son satellite. En fait, il se retrouve à l'opposé de ce qu'il cherche. Nous voyons peu de pratiquants, même très haut gradés, maîtriser parfaitement leur tenkan 1 Leur efficacité relative provient exclusivement de la dynamique de la technique et de l'anticipation Ju No Geiko. Un adversaire en mouvement est très facilement déséquilibré, car la marche n'est en fait qu'une succession de déséquilibres rattrapés.

 

La conception superficielle de tenkan, son abstraction des autres bases entretiennent la dualité et l'erreur.

 

Comment l'expliquer ? Par écrit ? avec des photos ? mais les photos traduisent le plan, et il nous manque la troisième dimension. Irimi, c'est la prise du centre du mouvement.

 

C'est obliger l'adversaire par l'extension de notre ki à s'éloigner du centre. Tenkan c'est, devant un adversaire trop puissant, se placer au centre et le laisser à la périphérie. Dans les deux cas, le centre de l'adversaire ne trouve que le vide, soit parce qu'il a été écarté du centre du mouvement (Irimi), soit parce qu'il est pris dans un mouvement circulaire dont il parcourt malgré lui le périmètre.

 

Ces notions de tenkan et d'irimi, comme on le voit, débouchent sur ce que les pratiquants appellent OMOTE-URA.